Pourquoi les colombiens sont-ils (presque) toujours en retard ?

Plus tenace que les légendes incas ou aztèques, une croyance populaire en Europe dit que les sud-américains auraient tendance à prendre leur temps : en clair, à être souvent en retard.

La première fois que vous avez eu un rendez-vous avec un colombien, vous vous êtes probablement bien préparé, pomponné, histoire de donner une bonne impression à votre (peut-être) nouvel ami. Ce que vous avez certainement fait, c’est de partir suffisamment en avance pour être au point de rendez-vous avant l’heure dite. Parce que peu importe ce qu’on dit sur le retard des colombiens : ce ne sont probablement que des rumeurs infondées, et puis votre interlocuteur a l’air fiable.

Seulement, après 30 minutes d’attente assis sur le rebord d’un muret à observer les pigeons, vous vous dites, mais quel malpoli ! Il m’a posé un lapin !

Et pourtant. C’est vous qui êtes en tort. Vous avez fait la rencontre d’un aspect de la culture colombienne : le retard.

.

Une simple différence culturelle 

.

Une des choses auxquelles il faut s’habituer en Colombie, c’est la notion du temps. Cette différence culturelle entre le monde occidental et l’Amérique latine n’est pas une légende et elle doit être démystifiée, expliquée, pour la comprendre et finalement, avec le temps, l’intégrer vous-même dans vos habitudes.

Dans l’hémisphère nord du globe, les préoccupations sont tournées vers l’efficacité. On fait les choses sur lesquelles on s’est mis d’accord et on se met d’accord sur les choses qu’on va faire. Il n’y a pas de place pour l’improvisation puisque notre mode de vie bourgeois vise le maximum de productivité en minimisant la perte de temps : vous devez passer chez le coiffeur, récupérer les enfants chez leurs grands-parents, finir un dossier pour le travail et préparer le repas et le tout en 3 heures et demi, top chrono.


En revanche, en Colombie, comme dans la plupart des pays de l’hémisphère sud, la culture ne récompense pas la recherche de l’efficacité. La culture colombienne récompense socialement la recherche du plaisir au quotidien. Faire un détour de quelques heures dans le bar du coin pour saluer des amis est tout à fait recommandé, et les enfants attendront chez leurs grands-parents un peu plus, mais ce n’est pas un problème puisqu’eux-mêmes sont prévenus que vous serez probablement en retard, le grand-père lui-même passait des heures au bar étant jeune.

.

La dernière phase : l’acceptation

.

Alors oui, c’est une différence culturelle qui peut être énervante au début. Oui, vous aurez l’impression de perdre votre temps, d’être moins efficace. Mais à y regarder plus près, quand il arrive enfin, votre nouvel ami colombien, c’est vous qui avez l’air énervé et lui qui a le sourire. Alors peut-être faudrait-il vous aussi vous mettre à l’heure colombienne, votre pression artérielle vous remerciera.

Partager l'article :
  • 125
    Partages
  • 125
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *