La Colombie, une mosaïque de Peuples

La diversité ethnique et culturelle de la Colombie s’explique par sa géographie et par son histoire. Entre deux hémisphères, deux océans et des régions variées, la Colombie partage ses frontières avec le Vénézuela, l’Equateur, le Brésil, le Pérou et le Panama. Elle est logiquement sujette à des migrations constantes. Mais c’est avant tout l’histoire mouvementée de la Colombie qui en fait un pays très diversifié.

.

Des statistiques ethniques réalisées en Colombie

.

Contrairement à la France où cela est impossible, l’Etat colombien autorise les statistiques ethniques. Ces statistiques permettent d’établir une répartition approximative des groupes ethniques composant la Colombie.

Selon un grand recensement de 2005 – d’autres études moins importantes ayant été réalisées postérieurement – les Mestizos (mélange de Blancs et d’indigènes) représenteraient 49% de la population colombienne tandis que les Blancs seraient 37%. Suivraient les Noirs et les Mulâtres (mélange de Noirs et de Blancs) à 10,6% et les amérindiens à 3,4%.

Ces petits autocollants sont facilement reconnaissables sur les portes des maisons ou des appartements colombiens

.

Vous apercevrez sur certaines portes des autocollants avec la mention “censado”, signifiant que la maison ou l’appartement a fait l’objet d’un recensement de la part du D.A.N.E (le Département administratif national de statistiques).

Tous les recensements ne sont cependant pas ethniques. Le dernier “censo nacional” publié en 2019 a été réalisé pour savoir combien de personnes vivent en Colombie (par tranches d’âge, par sexe …), où vit la population, comment se répartit-elle sur le territoire et de quelle manière vit-elle.

Ces recensement sont réalisés dans tous les départements colombiens par des équipes locales qui font remplir des questionnaires très détaillés aux habitants. Ils sont ensuite traités par le D.A.N.E.

.

Entre l’ethnique et le culturel 

.

Outre le fait d’être tabous, ces sujets sont particulièrement complexes car ils comprennent des nuances propres à la perception de soi et des autres, et finalement à des représentations pouvant être arbitraires. Le mot “indien” (ou “amérindien”) renvoie à une dimension culturelle et à une dimension ethnique.

Culturellement, les indiens de Colombie sont les autochtones ayant conservé un ensemble de pratiques et de traits culturels : langue, religion, coutume …

Ethniquement, les indiens de Colombie rassemblent un groupe ethnique de descendants directs d’indigènes, qui ne se sont pas mélangés avec d’autres groupes ethniques, indépendamment du mode de vie adopté, ancien ou moderne.

Les indiens, au sens ethnique et culturel, seraient en voie d’extinction. La mondialisation et la standardisation faisant leurs effets, les communautés indigènes se font rares et surtout sont le plus souvent géographiquement isolées. De fait, elles vivent dans des zones plus pauvres où le dilemme entre l’ancien et le moderne est réel.

Cette simple ambivalence complique la notion d’identité en Colombie. Nombreuses sont les personnes à s’identifier à une culture qui n’est pas liée à leur ethnie, et inversement.

Les emberá sont un peuple amérindien vivant au Panama et sur la côté pacifique colombienne et équatorienne

.

.

Une immigration récente extra-américaine

.

La Colombie est intrinsèquement et éternellement liée à la colonisation (et l’esclavage) et à la conquête européenne du continent. Le 16ème siècle ayant vu les premières expéditions européennes en Colombie et les premières installations de colons, c’est un long processus de métissage – autant ethnique que culturel – qui a fait son oeuvre. Enfin, elle a aussi connu une immigration plus récente, accentuant le caractère imminent singulier de la Colombie.

.

Depuis le 19ème siècle, et ce jusqu’à la deuxième moitié du 20ème siècle, la Colombie a connu des vagues migratoires en provenance du Moyen-Orient et de l’Europe de l’Est. Et dans de moindres proportions, d’Asie.

Vous le saviez certainement, mais la célèbre chanteuse Shakira, de son vrai nom Shakira Isabel Mebarak Ripoli, est née dans une famille d’ascendance libano-espagnole. La ville de Barranquilla, dont est originaire Shakira, et les régions alentours ont connu une forte immigration en provenance de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et de la Palestine. La plupart de ces immigrés sont ou ont été commerçants. A ce titre, l‘ancien président colombien Julio César Turbay Ayala est né dans une famille de commerçants originaire du Liban.

Shakira, célébrité mondiale, est un des symboles de la diversité colombienne

Maicao, ville de la Guajira, abrite la plus grande communauté musulmane de la Colombie et la troisième plus grande mosquée d’Amérique latine. En effet, de nombreux Turcos ou Árabes se sont installés dans la Gaujira, région semi-désertique à l’extrême nord-est de la Colombie.

Une communauté juive portugaise s’est installée en Colombie (notamment à Carthagène des Indes) au 17ème siècle, mais celle-ci disparu rapidement. Plus tard, au 19ème siècle, Simon Bolivar, le Libertador, offre le droit aux juifs de s’installer en Colombie. Ils seront alors nombreux à venir à Barranquilla et à se spécialiser dans le commerce fluvial et maritime. Ils fonderont la première banque de la ville, créeront le premier cimetière juif de Colombie en 1832 et feront même élire un membre de leur communauté gouverneur d’une province en 1854. Avec le temps, beaucoup se sont assimilés et convertis à un autre culte. Enfin, des juifs d’Europe de l’Est sont venus s’installés en Colombie lors de leur persécution dans les années 30 et 40. On retrouve aujourd’hui de petites communautés juives dans les grandes villes colombiennes.

Retrouvez un article détaillé sur l’Histoire des juifs de Colombie ici.

Enfin, et pour l’anecdote, la Colombie compte une communauté Rom représentant un peu moins de 0,1% de la population, reconnue depuis 1999 comme une minorité ethnique par l’Etat colombien. Cette immigration n’est néanmoins pas récente puisqu’elle remonterait à l’époque de la colonisation durant laquelle cette communauté s’est installée en Colombie.

Ci-dessous une vidéo sur la communauté rom colombienne réalisée par le ministère colombien de la culture :

.

.

Des Peuples et une Nation

.

.

Cette mosaïque de Peuples fait de la Colombie un pays aussi complexe qu’intéressant. Le nationalisme colombien a justement vocation à réunir tous les colombiens, indépendamment de leurs origines. Pourtant, l’unité nationale colombienne n’est pas souvent apparente, hormis lors des compétitions sportives et d’autres événements nationaux.

La société colombienne est en réalité très stratifié, socialement et racialement. De fait, les “blancs” sont ultra-majoritaires au sein de l’élite économique et politique du pays. L’inégalité des chances et les discriminations sont un véritable frein au rêve d’une unité nationale colombienne.

Enfin, la géographie contrastée de la Colombie a été un obstacle à l’homogénéisation et au développement du sentiment national. Un régionalisme exacerbé s’est développé dans certaines parties de la Colombie, notamment en Antioquia, dont la capitale est Medellín. Si les habitants de cette région (“ou département”) seront nombreux à s’identifier comme colombiens, ils se considèrent le plus souvent comme “paisas” (nom donné aux habitants de la région).

Manifestation de régionalistes en 2017. L’un de leurs slogans était “Antioquia es la Cataluña de Colombia” (Antioquia est la Catalogne de la Colombie)

.

La diversité colombienne est plus accidentelle que volontaire. Elle est le fruit d’une histoire tumultueuse et d’une géographie singulière. Pourtant, cette diversité est également vue comme une richesse – comme un grand patrimoine culturel immatériel – et fait partie intégrante de la “marque colombie” développée par les autorités pour vanter les attraits touristiques du pays.

De toute évidence, la société colombienne est d’une complexité telle qu’elle ne saurait être réduite à ces problématiques. De surcroit, un étranger peut difficilement prétendre à une compréhension totale de ces dernières. Le futur de la Colombie est encore imprévisible, mais il est au moins certain qu’il dépend largement de la politique et de son pouvoir transformateur.

Partager l'article :
  • 348
    Partages
  • 348
    Partages

Une pensée sur “La Colombie, une mosaïque de Peuples

  • 7 juillet 2019 à 13 h 38 min
    Permalink

    Nous, Européens arrivés rëcemment, compterons aussi bientôt dans ces statistiques.

    Bon article.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *