Vous l’avez forcément vu, un scandale secoue les pages d’actualité colombiennes : un jeune homme a écopé d’une lourde amende pour avoir acheté une empanada dans une rue de Bogotá.

.

Quiconque a été quelques temps en Colombie sait à quel point les vendeurs ambulants sont légions. Empanadas, jus, pâtisseries, confiseries … Il existe une réelle culture de la vente dans la rue. En somme, nombreux sont ceux à avoir leur “petite affaire”.

Une amende de 830.000 pesos pour avoir acheté une empanada dans la rue

Les réseaux sociaux colombiens ont explosé de memes et de parodies concernant l’incident.

Il y a peu de temps encore, le secrétaire général de la police de Bogotá déclarait qu’il manquait 9000 agents de police pour assurer la sécurité de la ville de Bogota. Et au regard des chiffres élevés de la criminalité à Bogota, on peut imaginer que la police ait certaines priorités …

L’étonnement peut donc sembler légitime quand le client d’un vendeur ambulant d’empanada s’est vu notifier une amende de 830 000 pesos (plus de 230€) soit l’équivalent d’un SMIC en Colombie.

L’étonnement est encore plus grand quand on sait qu’on trouve des vendeurs ambulants à chaque coin de rue en Colombie.

.

Un excès de zèle raillé

.

Il est vrai que la police ne faisait qu’appliquer une disposition existante du code pénal colombien qui interdit bien l’encouragement de l’occupation de l’espace public et donc l’achat auprès d’un vendeur ambulant. Mais il va de soi que cette disposition n’était, jusqu’à la semaine dernière, jamais appliquée.

Les réseaux sociaux colombiens ont littéralement explosé avec des milliers de parodies ou de vidéos montrant des colombiens mangeant des empanadas devant des agents de police. Une -excellente – parodie en chanson a même fait le tour des réseaux sociaux ! (voir plus bas)

Les colombiens se sont exprimés en masse pour défendre leur culture des ventes ambulantes et plusieurs blogueurs ont proposé de payer eux-mêmes l’amende en question.

Partager l'article :
  • 15
    Partages
  • 15
    Partages

Pierre-Marie S

Cofondateur d'El Día Francés, il a vécu son enfance en Amérique latine. Rentré en France pour y faire ses études, il s'est lancé dans l'aventure après un master en droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *