L’ADFE représente et assiste les français de Colombie

El Día Francés l’écrivait, éloigné du pays natal, l’expatrié peut traverser quelques moments difficiles. Pour se rapprocher de compatriotes, il existe tout spécialement des associations françaises qui rendent de nombreux services à celles et ceux faisant l’expérience de l’expatriation.
Aujourd’hui, nous faisons le point sur l’ADFE – l’Association démocratique des Français de l’étranger – association reconnue d’utilité politique qui vise à rassembler les ressortissants français établis hors de France. 

Pour diverses raisons, les français émigrent hors de France depuis maintenant plusieurs siècles : colonisation des Amériques, émigration huguenote, émigration des contres-révolutionnaires, colonisation de l’Afrique, … Au fil du temps, d’importantes communautés françaises se sont constituées et certaines se sont durablement installées hors de France. Et nombreux sont ceux à être restés français. 

En plus des nécessités d’ordre diplomatique, la France a développé un vaste réseau à travers le monde visant à assister les français établis hors du pays. Aujourd’hui, notre Nation disposerait du troisième réseau diplomatique et consulaire du monde.

En 1927, la première association des français de l’étranger s’est constituée : l’UFE. Reconnue d’utilité publique en 1936, l’association avait alors pour but de maintenir un lien entre la France et “ses fils lointains”, selon les mots de Gabriel Wernlé, fondateur de l’association. Réputée proche de la droite parlementaire française, elle est en principe à l’écart de la politique. Elle sera suivie par l’Association démocratique des français de l’étranger (ADFE).

.

Fondation de l’ADFE

.

En 1980, une nouvelle association est créée, l’ADFE. Alors aux portes du pouvoir (François Mitterand sera élu un an plus tard), la gauche cherche une alternative à l’UFE et veut rassembler autant que possible les français de l’étranger. L’association sera toujours présidée par des membres du Parti Socialiste. On retrouve parmi la liste des présidents Gérard Jacquet (Ministre de la France d’Outre-Mer sous la IVème République), Edith Cresson (premier ministre pendant la présidence de Mitterand), ou encore Claudine Lepage, l’actuelle présidente de l’association (sénatrice des Français établis hors de France).

L’ADFE revendique aujourd’hui ouvertement son appartenance à la gauche républicaine, et proclame ses “valeurs essentielles” comme étant “la démocratie, l’universalité des Droits de l’Homme, la laïcité, l’abandon de toute forme de discrimination, l’altruisme, tout ce qu’implique notre devise nationale “Liberté, Egalité, Fraternité”.

.

Une association de représentation et de défense des intérêts des expatriés français

.

L’ADFE, également nommée Français du monde-ADFE, dispose de plus de 130 sections ou groupes dans une centaine de pays.

L’association participe à de nombreuses commissions consulaires, notamment dans le cadre d’attributions de bourses, de la protection sociale, de la formation et de l’emploi.

Politiquement, l’association comprend des parlementaires représentant les français de l’étranger, des conseillers consulaires chargés de représenter les expatriés au sein des ambassades et des consulats, et des conseillers élus à l’Assemblée des français de l’étranger. Anciennement Conseil supérieur des français de l’étranger (institué par le président du Conseil Robert Schumann en 1948), l’Assemblée des français de l’étranger est chargée de défendre les intérêts des français résidant à l’étranger mais son rôle est consultatif. La droite et le centre sont aujourd’hui majoritaires tandis que l’ADFE et ses alliés sont minoritaires.

.

Une association active en Colombie

.

Présente en Colombie depuis le début des années 80, l’ADFE assiste, conseille et représente les ressortissants français. Léo Dazon, engagé dans l’association en 2013 et président de la section Colombienne depuis aout 2018, se dit à l’écoute des besoins des expatriés. L’un de ses objectifs ” est de diversifier le profil des adhérents pour que l’association soit plus représentative des français vivant en Colombie”.

L’ADFE en Colombie, dont le bureau est à Bogota, a une équipe de membres bénévoles très actifs qui aide et accompagne les ressortissants sur un certain nombre de questions, notamment lors de permanences organisés au sein de l’Ambassade de France à Bogota. Parmi les cas traités, l’association aide les binationaux qui ne parlent pas forcément français, les jeunes dans le cadre de leur implantation en Colombie, les retraités percevant une pension … Léo Dazon le précise, “on essaye d’avoir un accompagnement personnalisé en faisant profiter de notre connaissance et compétence institutionnelle en Colombie” (avec les institutions françaises).

La section colombienne de l’ADFE compte également participer au grand débat national. A ce titre, une consultation aura lieue le 26 février prochain à Bogota. Les thèmes que l’association souhaiterait aborder sont – entre autres – ceux du pouvoir d’achat, de l’éducation et d’accès à l’emploi. L’ADFE sera notamment présente par l’intermédiaire de Cécile Lavergne, conseillère consulaire.

Même si ces membres ne sont pas dans une démarché militante, son président reconnaît que l’association est “plutôt de gauche” et qu’elle souhaite faire “naître le débat d’idées sur les différentes tendances de gauche”. Il espère à ce titre que certaines propositions de l’association pourront ressortir lors du grand débat national.

.

Si vous avez besoin d’aide sur des questions consulaires (ex. obtention d’une bourse scolaire), ou que vous souhaitez rejoindre l’association, vous pouvez contacter l’ADFE en Colombie en cliquant ici.

.

El Día Francés a également contacté l’Union des Français de l’étranger (UFE) pour rédiger un article sur cette autre association, mais nous n’avons reçu aucun réponse de leur part.

Partager l'article :
  • 11
    Partages
  • 11
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *